Une fourmi: 5.000.000 nm.
Micro système électro-mécanique: 10.000 à 100.000 nm.
L’épaisseur d’un cheveu: 50.000 nm.
Globule rouge: 700 nm
Sur une surface totale de 1 centime d’Euro (Ø 17 mm), il ya 160 milliards de nanoparticules de 25 nanomètres.

Qu'est-ce et pourquoi la nanotechnologie?

Qu’est ce que la nanotechnologie?

Les nanosciences, basées sur l’étude des atomes, molécules et des (macro-) molécules, ont avancé à grand pas depuis l’invention du microscope à effet tunnel*.

Ces observations ont permis de découvrir et développer de nouvelles possibilités à des échelles nanométriques. La nanotechnologie concerne au départ la manipulation de la matière atome par atome. Ceci a permis peu à peu de développer des objets à l’échelle nanométrique: de l’ordre du milliardième de mètre, incluant dans leur structure jusqu’à des milliards d’atomes. Les nanosciences et les nanotechnologies sont le renouement des sciences physiques et quantiques. Le nanomètre (nm) relève du milliardième de mètre; c’est une unité de mesure de longueur qui représente dix fois le diamètre d’un atome. Est au nanomètre ce que représente le diamètre d’une pomme en rapport au diamètre de la terre.

La nanotechnologie étudie et met en pratique à l’échelle nanométrique (des objets de taille inférieure ou égale à 100 nm) des facultés technologiques créées sur un nanomatériau et ses nanoparticules pour obtenir un résultat voulu.  Le préfixe nano de nanoparticule se réfère à la mesure du nanomètre et est en fait un milliard de fois plus grand qu’une particule. Si les nanosciences se réfèrent à l’étude et la manipulation des matériaux à l’échelle des atomes, de molécules et des macromolécules, les propriétés obtenues diffèrent de celles des nanomatériaux.

En comparaison aux matériaux macrostructurés des nanosciences, les nanomatériaux, eux, possèdent des performances supérieures et des propriétés différentes soient-elles interactives, optiques, électriques, magnétiques… La nanotechnologie consiste aussi à disséquer un objet: plus on le divise en petites parties, plus on en augmente sa diffusion effective et volumétrique. En somme, plus on sectionne un objet, plus son interaction chimique et physique est augmentée. La science est le processus moteur qui conduit l’homme à la recherche et à l’invention de nouveaux objets, pour améliorer sa vie, son environnement, son habitat, tel est l’objectif de NanoPhos, et l’intérêt de NanoSources.

*Le microscope à effet tunnel (en anglais, scanning tunneling microscope, STM) fut inventé en 1981 par des chercheurs d’IBM,Gerd Binnig et Heinrich Rohrer, qui reçurent le prix Nobel de physique pour cette invention en 1986. C’est un microscope en champ proche qui utilise un phénomène quantique, l’effet tunnel, pour déterminer la morphologie et la densité d’états électroniques de surfaces conductrices ou semi-conductrices avec une résolution spatiale pouvant être égale ou inférieure à la taille des atomes. (Wikipedia, l’encyclopédie libre, «Microscope à effet tunnel»).

 

La nanotechnologie appliquée à nos produits: état de l’art.            

Pour répondre aux besoins de l’Homme, aux domaines de la construction et de l’industrie, au respect de l’environnement, NanoPhos crée des produits à l’échelle nanométrique dont la technologie approuvée et testée remplace des produits obsolètes ou à base de solvants, de dérivés silaniques. Les produits crées et fabriqués par NanoPhos, ne sont pas à l’échelle macromoléculaire, mais sont à base de nanoparticules de dioxyde de silicium, de dioxyde de titane et d’autres matériaux dans le système métrique à l’échelle nanométrique ouvrent une ère nouvelle à des produits durablement efficaces et à de nombreux avantages. Puisqu’ils ne sont pas des polymères les performances des produits sont insensibles aux expositions des rayons Ultras Violets (UV) et cela permet de ne pas en modifier leurs caractéristiques, de protéger de manière inchangée et sans inconvénient les matériaux traités, de nombreuses années durant. Dotées d’une excellente accroche, de leur résistance aux UV, les nanoparticules par exemple d’un produit SurfaPore à base d’eau, s’ancrent aux parois des pores en s’y liant, devenant une partie intégrante du matériau. Ce processus de cohésion garantit également qu’il n’y a pas de dispersion dans l’air. Pour cette raison, dans leur ensemble, les produits fabriqués par NanoPhos sont classés comme non-toxique, ou non dangereux selon les normes européennes.

Les produits d’étanchéité macrostructurés (base polymère, résine et autres macromoléculaires, et moléculaires) sont composés de chaînes d’atomes qui obstruent peu ou totalement les pores d’une surface traité, ne la laissant pas respirer. Aussi, ces chaînes d’atomes se brisent face aux expositions aux rayons UV, et leurs propriétés imperméables diminuent rapidement, connaissant une réduction moyenne d’efficacité de 75 % au bout de six mois après leur application (voire 2 à cinq ans au plus).

Les produits hydrofuges de la gamme SurfaPore sont composés de nanoparticules de dioxyde de silicium (SiO2) qui se lient individuellement à la surface du matériau et produisent une force révulsive à l’eau. Comparées à la taille moyenne des pores du substrat d’une surface, les nanoparticules ont un diamètre 1000 fois plus faible que celle des pores. C’est la raison pour laquelle il ne se forme pas de film sur la surface du matériau traité qui peut respirer, et transpirer les vapeurs d’eau sans étouffer l’humidité, la laisser s’y infiltrer et demeurer dans le matériau, tout en repoussant l’eau. Les tests de vieillissement accélérés démontrent de leur teneur en efficacité et résistance aux UV, résultant de nombreuses années après application, l’action perd moins de 20 % de son efficacité hydrofuge, et sa performance reste plus longuement durable.